Bienvenue sur le blog de l'Association des Amis de la Chapelle Saint-Gonery à Plougrescant, village de bord de mer dans les Côtes d'Armor.

Au centre du bourg de Plougrescant, cette chapelle classée des XII et XVe siècles attire le regard par sa flèche penchée, son vaste enclos paroissial, sa chaire à prêcher et son if multicentenaire.

A l'intérieur, elle révèle ses richesses, entre autres, une Vierge à l'Enfant en albâtre et une crédence remarquablement sculptée, toutes deux du XVIe siècle, mais surtout des peintures naïves, fin du XVe siècle, représentant des scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament, réalisées sur la voûte de la nef.

Vous pourrez déjà avoir une idée de ces richesses en allant dans la rubrique "Visite guidée de la chapelle" ci-dessous à droite.

Pour les horaires de visite, consultez la rubrique "Visite de la chapelle : renseignements, horaires", également ci-dessous à droite.

Pour sauvegarder et valoriser ce patrimoine unique, notre Association, en plein accord avec la commune de Plougrescant, propriétaire de la chapelle, s'est fixé pour tâches d'aider à trouver les fonds pour les travaux nécessaires à sa restauration et de faire partager au plus grand nombre ce joyau de notre patrimoine par des visites guidées, des brochures, des cartes postales, etc.

Ce blog est donc le support et le prolongement de ces actions tout en permettant un suivi de l'actualité entourant cette chapelle et les activités de notre Association.

Pour nous contacter écrivez-nous à l'adresse mail : lesamisdesaintgonery@gmail.com

vendredi 22 septembre 2017

Diaporama des travaux réalisés dans la chapelle depuis janvier 2017.


Un diaporama, projeté à l’Assemblée Générale 2017, a présenté tout le déroulement de la dernière tranche de restauration depuis la reprise des travaux le 24/10/2016 jusqu’à fin juillet 2017. 
Le 16 novembre 2016, nous avions présenté sur notre blog, un diaporama (toujours consultable aujourd'hui) des travaux réalisés en 2016, avec les commentaires correspondants
Les photos 1 à 20 du nouveau diaporama étant celles déjà précédemment présentées, nous ne vous présenterons donc ici que le reportage photo des travaux à partir de janvier 2017.
On peut toutefois accéder à un diaporama complet des travaux 2016-2017 en format Powerpoint avec les commentaires en cliquant sur le lien suivant :
https://www.dropbox.com/sh/9vzfkp9ttu2d3ki/AABdsRjulm43KhIP_Cq3HHsaa?dl=0




Sur la photo No 21, c’est la reprise des travaux avec l’arrivée de l’entreprise de maçonnerie Beaufils, en date du 14 janvier 2017 ; sous les vieilles estrades en bois qui ont été enlevées, il y avait un monticule de terre recouvrant un sol en terre battue, non dallé. Il fallait donc procéder à un décaissement suivi de la pose du « hérisson » (couche de gravier), prélude indispensable à la pose d’une nécessaire dalle en béton de chaux.


Au cours du décaissement, il a été trouvé un certain nombre d’ossements dans cette terre, ceci se produit très souvent lors de travaux à l’intérieur des églises ou chapelles car les inhumations y furent fréquentes jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. Recueillis dans un linge, ils ont été placés près d’un bloc de pierre et inhumés désormais sous la dalle maintenant mise en place (No 22). 



Sur le No 23, les maçons débarrassent les murs des vieux joints entre les pierres, chose faite en Nos 24 et 25 dans le chœur et le transept Nord ; en No 26, la cloison provisoire destinée à isoler le chantier de la nef commence à être mise en place.







De nouveaux joints à la chaux ont maintenant remplacé les anciens au ciment, en No 27 un enduit à la chaux a été mis en place dans le chœur et recevra ensuite 3 couches de badigeon.



No 28 : dans le transept Sud, le grand meuble crédence écarté du mur a fait place aux échafaudages et reçu un emballage de protection. Le rejointoiement est en cours, il est même terminé sur le mur à gauche où une première couche d’enduit a été posée. En No 29, une vue inédite de la sacristie : le rejointoiement des pierres et un bel enduit ont complètement remédié à la grande dégradation antérieure de ses murs. Un faux plafond de lattes de bois viendra chapeauter la pièce.





La sacristie avait auparavant été vidée de son contenu, notamment des éléments en plomb posés autrefois sur la flèche inclinée et déposés pour des raisons de surcharge pondérale lors d’importants travaux dont elle a fait l’objet vers 1958. Visibles sur les cartes postales anciennes, il s’agit de 8 pinacles posés verticalement au niveau de chaque gargouilles et aussi de 8 beaux motifs figurant 2 paons face à face et buvant dans le même vase (Nos 30 et 31, photomontage en No 32, carte postale ancienne 32A).
32

Carte postale ancienne

En No 33, la pose d’une couche de badigeon est en cours dans les 2 transepts. En No 34, on peut voir que cette pose est terminée dans le transept Sud
Les cartes postales anciennes en Nos 35 et 36 nous rappellent qu’au début du XXe siècle les murs de la chapelle étaient entièrement couverts d’un enduit (et c’était aussi une pratique générale dans les époques antérieures). Il était décoré ici de l’hermine bretonne, cet enduit en mauvais état fut enlevé ensuite au cours du siècle et fit place aux pierres apparentes en vogue à l’époque. En No 36, on remarque aussi la présence de la crédence alors dans la nef. On voit aussi dans les petites niches en bas du retable la présence bien réelle (signalée par un ovale rouge) des 2 petites statues de l’évêque et de St Jude. En No 37 : le portrait de Guillaume du Halegoët († en 1602), évêque de Tréguier au XVIe siècle.
En No 38 : son tombeau entièrement protégé par une coque en bois avant le début des travaux, il est maintenant partiellement dégagé de cette protection (No 39). On aperçoit sur cette diapo la dalle en béton de chaux qui recevra les estrades neuves.

Sur la diapo No 40, on constate que l’alimentation électrique en provenance du mur du fond passe entre le mur et le tombeau. Les câbles passent tous dans cet espace étroit, leur enfouissement dans le sol a nécessité le soulèvement de la grande dalle visible au premier plan, découvrant ainsi l’accès à la crypte située sous le tombeau. Sur les Nos 41 et 42 : vue sur les 2 barres en fer supportant en partie la dalle de fermeture, vue également des marches de pierre descendant à la crypte.  


En Nos 43 et 44 : vue de la belle voûte en pierre , son bel aspect correspond bien au récit que fit l’abbé Yves-Marie Lucas après y être descendu en 1885. Il avait vu, placé sur les 3 barres de fer transversales, le cercueil (vermoulu) de l’évêque, mais ce cercueil n’y est plus. On distingue quelques ossements sur le sol dallé, nous les recueillerons dans une boite fabriquée à cet effet et que nous laisserons dans cette crypte. En Nos 45 et 46: Simple effet de hasard ou bien réalité de la présence d’un dessin ? il semble apparaître le profil d’un visage dessiné au fond de la crypte.


Du No 47 au No 49 : un événement survenu sur le site de la Vallée des Saints peu avant l’AG ; l’arrivée de Ste-Éliboubane, mère de St-Gonéry, sculpture réalisée par David Puech. Elle représente St-Gonéry rendant visite à sa mère sur l’île Loaven.

Compte-rendu de l’Assemblée générale du 10 août 2017


Assemblée générale de notre association et point sur les travaux dans la chapelle.


L’Assemblée commence à 18H30.
L’Association compte à ce jour 138 membres à jour du paiement de leur cotisation ; avec un total de 66 membres présents ou représentés, le quorum requis est atteint.


  1. Rapport Moral et d’Activité présenté par le président


    1. Rapport Moral.
En préambule, il convient de signaler les changements intervenus dans la composition du Bureau de l’Association depuis la réunion du CA le 10 septembre 2016.
  • François Lesort a souhaité ne plus occuper le poste de secrétaire mais conserve la gestion de notre blog internet,
  • Xavier de Roquefeuil est le nouveau secrétaire, en charge notamment de la rédaction des comptes-rendus.
  • Michèle Ponsonnet est secrétaire adjointe chargée notamment des relations avec les adhérents et du suivi de la gestion du fichier.
Figurant dans ses statuts, le but principal de l’Association est l’aide financière à la part municipale du coût des travaux.Ceux-ci se terminent en fin 2017.
En 2018, les factures de travaux finiront d’être payées par la Mairie et elle encaissera alors les diverses aides publiques et privées, dont celle de l’Association, ces aides ne compenseront alors pas totalement le coût des travaux. Pour alléger au mieux cette charge dans le budget municipal et finaliser ainsi notre but principal, notre aide financière pourra se poursuivre tant que seront disponibles les indispensables moyens humains qui y sont nécessaires.
Au sein de nos adhérents et du CA, il doit s’engager une nécessaire réflexion commune sur tous nos domaines actuels d’activité, et éventuellement de nouveaux devant être absolument compatibles avec le caractère d’ouverture au culte de la chapelle.
Cette réflexion sera coordonnée notamment par notre secrétaire Xavier de Roquefeuil en charge de cette réflexion au sein du Bureau et du CA, elle pourra notamment s’exprimer par le canal d’une consultation sur notre blog internet. Il y aura concertation avec la Mairie, propriétaire de l’édifice, et aussi avec la paroisse en la personne de l’abbé Guillaume Caous, Curé de Tréguier et légitime affectataire de la chapelle.
Le CA a souhaité s'élargir de 2 conseillers supplémentaires en la personne de Jocelyne et Jean-Pierre Masson qui font partie de l'équipe des guides et soumettent leur candidature à cette assemblée. Nous recommandons chaleureusement cette candidature à votre approbation en fin d'assemblée, de même que le renouvellement statutaire de 4 membres rééligibles arrivés en fin de mandat et souhaitant ce renouvellement.
Comme les précédents exercices, celui achevé le 30 juin dernier a été marqué par les travaux de restauration, mais au contraire du précédent ce fut sans incidence sur les visites de la chapelle : 11.169 visiteurs (dont la moitié en juillet/août), soit davantage que les 10.127 de 2011/2012 : le seul exercice comparable avec 12 mois d’ouverture de la chapelle (au total : 39.787 visiteurs depuis la création de l’Association en 2010).
Le chœur et les transepts ne sont plus accessibles au public depuis mi-février 2017 ; depuis cette date, pour raison de sécurité du public, cette partie en chantier de restauration est en effet isolée de la nef par une cloison provisoire. L’intérêt du public se manifeste aussi dans nos ventes de la série de 6 cartes postales et de la brochure de la chapelle, c’est ainsi qu’une commande de 6.000 cartes est venue en juin 2017 renouveler les 2 précédentes et identiques faites en 2011 et 2014. Pour les brochures, une réédition de 400 exemplaires vient d’avoir lieu et succède aux 1.000 vendus depuis 2011.


    1. Point sur les travaux dans la chapelle.
Les travaux ont repris le 24 octobre 2016 avec l’arrivée de l’Atelier du Vieux Presbytère qui a déposé le mobilier liturgique et l’a emporté en atelier à Lanvellec pour procéder à sa restauration. Une courte semaine a suffi pour cette dépose et l’entreprise de maçonnerie Beaufils est arrivée le 14 janvier pour une succession de présences allant de 1 à 2 semaines, les périodes d’interruption étant nécessitées par le fait que l’entreprise est en charge de plusieurs chantiers.
D’autres entreprises sont ponctuellement intervenues : charpente, menuiserie, ferronnerie, électricité.
La période des congés d’été a stoppé les travaux le 28 juillet, ils reprendront vraisemblablement fin août et se termineront définitivement en principe fin novembre, sauf retards dans le planning prévu.
Nous adressons de chaleureux remerciements à tous les bénévoles qui nous aident au fonctionnement de l’Association, notamment l’équipe des guides avec son renfort estival dont l’appui nous permet de pouvoir assurer une ouverture matin et soir pendant cette période de 2 mois de grande fréquentation touristique.
Grand merci également à tous les donateurs, adhérents ou non de notre Association. Par leurs dons, faits à nous ou bien à la Fondation du Patrimoine, ils participent activement à la restauration de la chapelle, notamment nos adhérents dont l’ensemble des dons à la Fondation représente une part prépondérante de ce qu’elle reçoit. La Fondation n’arrêtera sa collecte de dons que lorsque la Mairie de Plougrescant lui aura présenté tous les justificatifs de paiement des travaux, sans doute pas avant courant 2018. Jusqu’à cette présentation, le don à la Fondation sera possible, et donc sans doute encore en 2018 avec déduction fiscale dans l’imposition des revenus 2017. Nous connaîtrons suffisamment à l’avance la proximité de cette échéance de fin de collecte. Cette information nous sera donnée par la Mairie qui est toujours à notre écoute, ce dont nous la remercions bien vivement.
Nous constatons un intérêt toujours croissant du public et nous sommes très heureux de voir que la pérennité de la chapelle est assurée.
Un important mérite en revient à la Mairie de Plougrescant en tant que maître d’ouvrage initiateur du projet de restauration, et aussi à l’Association qui fait connaître toute l’année la chapelle et son histoire.
La paroisse y a aussi sa part en célébrant chaque année les 2 Pardons de Saint-Gonéry et reprenant depuis 2015 celui de Sainte-Éliboubane ; ceci grâce notamment à la forte implication de l’abbé Guillaume Caous dans le maintien ou la reprise des précieuses traditions ancestrales.


    1. Réflexion sur l’avenir (Présentée par le secrétaire).
2017 – 2018 sera très vraisemblablement l’exercice de fin des travaux de rénovation de la chapelle. Ainsi sera atteint le point majeur du premier but de l’Association :
APPORTER SON AIDE A LA RESTAURATION
Le second point, l’aide à l’entretien du bâtiment restera toujours d’actualité.
Cependant l’Association, dans ses statuts, a d’autres buts dont celui de « Faire connaitre la chapelle par tous les moyens » tout en respectant le lieu consacré. Nous devons donc mettre à profit cette année à venir pour imaginer un futur structuré. Nous avons des demandes de concerts, d’expositions, d’animations. Dans un premier temps, il nous semble nécessaire de développer et de structurer un projet global afin d’apporter des réponses cohérentes aux nombreux demandeurs, voire de créer des envies.
La solution n’est pas à trouver aujourd’hui mais la question se pose, elle, maintenant.
Jean-Pierre MEYNIEL s’associera, avec ceux qui se manifesteront, à la réflexion qui sera également relayé par le BLOG. Une piste de réflexion serait également la création, ou l’intégration d’une structure « des amis de la chapelle » permettant de solliciter les visiteurs de passage sans pour cela les intégrer comme membre adhérent de l’association.


  1. Rapport Financier présenté par les trésoriers
Ce rapport couvre la période de 12 mois allant du 1er juillet 2016 au 30 juin 2017.


Malgré la poursuite des travaux dans le transept, l’ouverture de la chapelle aux visiteurs a été possible tout au long cette période, à la différence de l’année comptable précédente au cours de laquelle les visites n’ont pu se faire que sur les quatre derniers mois.


LES RECETTES
Elles s’élèvent globalement à 19 659 €.
La principale source de revenus reste les visites guidées ; elle se chiffre à 7 822 €. L’accès au lieu est libre, les visites guidées par les bénévoles sont gratuites ; cette somme provient donc uniquement de dons laissés par les 11 169 visiteurs que nous avons comptabilisés au cours de la période.
L’organisation d’évènements culturels ou de loisirs est une autre source de revenus habituellement importante. Au cours des deux derniers exercices, nous avons fait le choix de concentrer nos efforts sur la seule exposition-vente d’objets de petits meubles et objets décoratifs. Cette vente a été alimentée avec des objets fournis gracieusement par de nombreux donateurs, de sorte que la recette représente en presque totalité un bénéfice net pour l’association. Seule restent à la charge de l’association les dépenses liées à la préparation de l’évènement. Pour l’année passée, les produits totalisent 2 574 €, chiffre très proche de celui de l’exposition-vente de l’année précédente.
Les visiteurs de la Chapelle apprécient le livret explicatif sur l’histoire de la chapelle ainsi que les cartes postales reproduisant les peintures de la nef. La vente de ces deux documents a rapporté 5 908 €. Une partie de cette somme (312 €) provient des livrets mis en dépôt-vente chez les commerçants de Plougrescant et à l’Office du tourisme.
Les adhérents se sont acquittés de leurs cotisations pour un montant de 1 715 € entre le 1 juillet 2016 et le 30 juin 2017.
Divers donateurs, adhérents ou non, ont versé à l’Association pour 1 260 € de dons. Nous avons reçu notamment un don de l’association Kanerien Landreger de 715 € et de 200 € du Crédit Mutuel de Bretagne, banque de l’Association.
Les produits tirés du placement de nos réserves sur le compte bancaire rémunéré se sont élevés à 379 € incluant un remboursement de frais d’accès aux comptes par internet.

LES DEPENSES
L’ensemble des dépenses s’élève à 2 926 €.
Le poste principal est le coût d’impression des livrets sur l’histoire de la Chapelle. C’est une dépense productive car comme indiqué plus haut, ils sont destinés à être vendus au profit de la restauration de la Chapelle. Au cours de l’année passée, nous avons reconstitué le stock pour un coût de 1 820 €.
Nous avons engagé diverses dépenses courantes pour un total de 1 106 € : fournitures de bureau et achat de petits matériels (311 €) - frais de communication et de réception (289 €) - prime d’assurance responsabilité civile (250 €) - frais d’affranchissement (131 €) - frais de préparation de l’expo-vente (74 €) - cotisation à l’Association pour la Recherche et la Sauvegarde des Sites Archéologiques du Trégor (50 €)
SOLDE BENEFICIAIRE
Le bénéfice de l’exercice ressort à 16 733 €. Il est affecté à notre réserve financière principalement placée au Crédit Mutuel et qui s’élevait au 30 juin 2017 à 65 220 €. Pour mémoire, nous avons déjà utilisé une partie de nos avoirs financiers pour faire un don de 15 000 € à la Fondation du Patrimoine en 2014, somme qui reviendra, avec l’ensemble des dons faits à la Fondation et avec la réserve accumulée par notre Association, à la commune de Plougrescant.
Le fruit des efforts que bénévoles et adhérents ont fourni au cours des sept années d’existence de notre association se concrétise donc, du seul point de vue financier, dans ces deux sommes totalisant 80 220 €, au 30 juin 2017.
Avec toutes les autres aides financières déjà acquises ou attendues, la contribution de l’Association viendra notablement alléger et, si notre objectif initial est atteint, compenser le coût des travaux de restauration mis à la charge de la commune.


  1. Questions Diverses
Madame le Maire informe l’assemblée qu’une réflexion est en cours, avec le curé de la paroisse, le père G CAOUS, pour la mise en place d’un évènement célébrant la fin des travaux.
La question de la date est des modalités ne sont pas arrêté, mais l’association a été et sera invitée à la réflexion. Un projet porte sur une pièce de théâtre.
Une première approche concernant la date ciblerait l’un des deux pardons, le petit ou le grand.


  1. Approbation des rapports.
Les deux rapports sont approuvés à l’unanimité.


  1. Élections au Conseil d’administration
Quatre membres du CA, Michèle Ponsonnet, Marc Ponsonnet, Joël Julou, Sophie Wibaux de Kerguézec arrivés en fin de mandat ont été réélus.
Deux membres actifs de l’association, Jocelyne et Jean-Pierre Masson sont élus au sein du CA.



Aucune autre question n’ayant été posée, l’Assemblée a pris fin à 19H50.

10 août 2017, le secrétaire Xavier de Roquefeuil

Pour consulter les documents présentés en AG, cliquer sur les liens suivants :







jeudi 19 janvier 2017

Meilleurs vœux 2017, travaux en cours et dons pour les financer.


Notre association tient à vous souhaiter une très bonne année 2017 avec nos vœux les meilleurs pour vous et vos proches.


Dans le précédent reportage paru sur notre blog en novembre dernier, on peut voir le début de la dernière tranche des travaux de restauration de la chapelle avec la dépose de tout le mobilier liturgique. 

Interrompus depuis début novembre 2016, les travaux viennent de reprendre le 18 janvier par l’arrivée des maçons avec près de 2 mois de retard sur le planning prévu. Le déroulement des travaux est toujours susceptible de faire apparaître la nécessité de suppléments au travail prévu, c’est le cas notamment sur 4 éléments du mobilier liturgique suite à leur examen en atelier : la Vierge en albâtre, le Christ en Croix, le cadre du tableau de Descente de Croix et la chaire. Mais ce ne sera sans doute pas d’un coût exorbitant.

Les maçons au travail en janvier 2017

Le tombeau de Mgr du Halgouët a été bien protégé.

Déduction faite des financements publics, la charge financière restant à la commune de Plougrescant sera très réduite par les contributions privées : Fondation Pierre Delestre (par l’intermédiaire de l’ARSSAT), Fondation du Patrimoine, et bien sûr notre Association. Défini dès la création de l’Association, notre objectif d’approcher au plus près d’une couverture totale de la charge financière communale est en bonne voie de réalisation. Nous œuvrons en ce sens grâce aux cotisations et dons directs des adhérents, au travail de tous les bénévoles qui participent aux nombreuses activités de l’Association dont notamment l’accueil des nombreux visiteurs dans la chapelle, leurs dons constituent la partie essentielle de nos revenus.

Pour les personnes souhaitant adhérer, ou les adhérents n’ayant pas encore renouvelé leur adhésion pour l’exercice 2016/2017 (01/07/2016 au 30/06/2017) et qui souhaitent la renouveler, nous signalons qu’il leur est possible de le faire sans attendre la prochaine AG d’août 2017. Les cotisations (inchangées : 10 € par personne, soit 20 € pour un couple) sont à adresser à notre Trésorier : Jean-François CORRE 10 Hent Beg Vilin 22820 PLOUGRESCANT

Le planning des travaux prévoit leur fin au 30 novembre 2017, mais ils pourront déborder jusqu’au début de 2018. La Fondation du Patrimoine arrêtera sa récolte de dons pour notre chapelle seulement lorsque la Mairie de Plougrescant paiera la dernière facture reçue pour les travaux. La Mairie nous préviendra de l’imminence de ce paiement et nous pourrons communiquer cette information, très utile aux donateurs pour bénéficier de la déduction fiscale de 66% sur l’impôt sur le revenu de 2017 voire 2018.

Nous vous remercions vivement de l’intérêt que vous portez à la chapelle et aussi de votre soutien.

mercredi 16 novembre 2016

Les travaux de restauration ont repris dans notre chapelle.



Photo 1
Très attendu, le début de la dernière tranche de travaux a eu lieu le 24 octobre avec l’Atelier du Vieux Presbytère (sis à Lanvellec) pour la dépose du mobilier liturgique et son transport à l’Atelier où il sera restauré.
L’ensemble des travaux concerne le chœur et les transepts, leur durée prévue de 13 mois induit donc leur fin en décembre 2017. La pose d’une cloison entre le chœur et la nef va avoir lieu très bientôt pour isoler la partie en chantier, les visites de la partie du XIe et de la nef (voûte peinte) pourront donc avoir lieu sans problème à l’exclusion de la partie en travaux.
Le gros travail de cette première séquence n’a duré que 3 jours, en illustration de la parfaite maitrise du sujet et de la qualité du professionnalisme de l’Atelier. Ce fut l’occasion de voir la chapelle sous des apparences insolites (photos 1 et 2 : début et fin des travaux), (photos 3 et 4 : tout le retable sur le sol de la nef), photos 5, 6, 7.
(Pour agrandir les photos cliquer dessus, puis pour revenir sur le site cliquer à côté de la photo)
Photo 2
Photo 3

Photo 4
Photo 5
Photo 6
   
Photo 8
Photo 7
On peut constater sur les divers éléments la présence de fentes, écailles et altérations dans le bois et la polychromie (photos 8, 9, 10 et 11). Sur la photo 11, il figure une des 2 petites niches dont dispose le retable, elles étaient le siège de 2 statues (hautes de 40cm) enlevées bien avant le début des travaux en 2012 pour être mises à l’abri au presbytère de Tréguier. 

Photo 9
Photo 10

Photo 11

Photo 11 bis
Figurant saint Jude et un évêque (photo 11 bis) elles reprendront leur place à l’issue des travaux, restaurées et sécurisées par une fixation au lieu d’une simple pose.
La dépose du retable a permis de mettre à jour (photo 12) une niche dans le mur : un sacraire, cet ancêtre du tabernacle contenait en haut le saint-Chrême et en bas le saint Sacrement. On voit bien (photo 13) de chaque coté la rainure permettant de placer une planche le séparant en 2 compartiments et dont il reste un morceau au fond. 

Photo 12
Photo 13
On voit qu’une frise à motif de feuillage (photo 14) avait été peinte au dessus du sacraire, elle figure aussi sur le coté droit du mur (photo 15). C’est le Concile de Trente (1545 à 1563) qui a préconisé l’usage du tabernacle placé sur l’autel en remplacement du sacraire. On peut donc estimer que ce sacraire date bien de la construction de cette partie de la chapelle au XVIe siècle. 

Photo 15
Photo 14
                                                         


Photo 16
Photo 17


Photo 18
Les travaux à faire sur les murs nécessitent la dépose des éléments les garnissant et leur mise à l’abri à Lanvellec où ils seront l’objet de diverses restaurations. Il en est ainsi du grand tableau de la Descente de Croix (photo 16), de la Vierge en albâtre (photo 17) et aussi du Christ en Croix (photo 18).
On voit sur celui-ci la présence de protections mises en place en attendant le travail de restauration. Il s’agit de morceaux de « papier japon » posés temporairement avec un produit adhésif sur les parties repérées abîmées (craquelures, écailles), afin d’éviter une aggravation de leur état. Avant le transport à Lanvellec, deux spécialistes en polychromie de l’Atelier Régional de Restauration sont venus dans la chapelle faire cette opération notamment sur la statue d’Éliboubane (photo 19) et aussi sur celle de saint Jude et de nombreux éléments du retable (photo 20). La chaire a fait l’objet d’un examen complet, il a notamment révélé la teinte d’origine (photo 21).

Photo 19

Photo 20

Photo 21











Après avoir démonté la barrière métallique, l’entreprise de ferronnerie l’a emmenée en atelier pour restauration (photos 22, 23) ou bien remplacement à neuf ? Ce sera maintenant au tour du menuisier de venir bientôt enlever toute l’estrade dont l’état nécessite absolument une complète restauration en atelier. Il sera intéressant de voir ce que sa dépose laisse apparaître : terre ou bien dallage ? Éventuels vestiges funéraires ?

Photo 22

Photo 23
Selon le planning prévu, la chapelle devrait connaître ensuite un répit jusqu’en janvier 2017, date du début des travaux de maçonnerie qui se termineront à la mi-juillet 2017 avec aussi un mois de travaux d’électricité/éclairage. 
À l’automne, le dallage sera déposé et rejointoyé, un travail de restauration aura lieu pour les vitraux. À partir de novembre, ce sera ensuite le point final de cinq ans de travaux avec quelques travaux d’électricité au sol et surtout la repose générale de tous les éléments en retour de restauration.